Woody Allen/Mike Leigh : Champagne ou gueule de bois?

Woody Allen a présenté hier, hors compétition comme il se doit (le réalisateur a toujours refusé de concourir pour une palme), son dernier film, qu’il faut apprécier comme une bonne coupe de Champagne servie à bonne température, juste avec le sentiment que vous êtes déjà très (trop?) familier de ce goût.

Dans un entretien accordé à Libération, la comédienne interprète du rôle de la jeune et sexy Charmaine, qui a réussi à séduire un Anthony Hopkins obligé de prendre du viagra pour être à la hauteur, résume assez bien l’état d’esprit du réalisateur : « Un jour, après une scène, quelques dizaines de secondes s’écoulent, elle se retourne et …plus personne. J’ai cru qu’il y avait eu une alerte incendie!. Passant par là, l’assistant de Woody lui a lancé : Oh! Monsieur Allen a fini sa journée, il est content. Il est rentré. » C’est bien résumé : la routine, une impression de très grande facilité, de fluidité dans le scénario. Les acteurs sont très bien, rien de neuf mais on ne voit pas le temps passer, et on rit souvent, ce qui va s’avérer un luxe de courte durée.

La question est en effet de savoir s’il valait mieux voir le Allen avant le Mike Leigh ou après : pour se divertir avant la déprime ou se changer les idées après ?

Another year ne laisse quasiment aucune chance à ses personnages de se sortir de leur état personnel, trés dégradé (vie ratée, alcool pour Mary – Lesley Manville) ou pathétique (une méchanceté, un hypocrisie  qui se révèle au fur et à mesure pour le couple formé par un géologue, Tom – Jim Broadbent – et une thérapeute en hôpital Gerri – Ruth Sheen). Non ce n’est pas la peine de rire, leurs voisins de jardinage leur ont déjà fait la blague : Tom et Jerry ?


Filmé dans des intérieurs à peu près aussi cosy qu’une salle de réunion de profs d’université, Another Year est bavard, long et surtout très répétitif.

À la fin, le réalisateur cadre serré sur Mary et donne de la durée au plan, sans dialogue et en ouvrant une sorte de hors champ. C’est (enfin) assez beau, et explique sûrement pourquoi, une fois la lumière revenue, les spectateurs ont chaleureusement applaudi Lesley Manville : moins pour sa performance de comédienne, à mon sens, que par une sorte d’empathie, voire même de compassion avec le personnage qu’elle a porté pendant 2h10.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *