Se retirer de la guerre

Comment se retirer de la guerre, tenter de l’ignorer, d’y échapper, de ne pas avoir à choisir de camp?

Ce sont les questions que se posent deux personnages plongés, l’un, le comte de Chavannes (Lambert Wilson, très inspiré) dans les tueries précédant le déclenchement de la première guerre de religion (1562-1563), l’autre, Adam (Youssouf Djaoro) , dans la guerre civile permanente qui ensanglante le Tchad depuis de nombreuses années. La Princesse de Montpensier est réalisé par Bertrand Tavernier et Un homme qui crie par Mahamat-Salem Haroun, dont c’est le quatrième film.

La difficulté pour les deux cinéastes réside dans la manière d’inscrire des histoires individuelles, voire familiales, au sein de ce que l’on a coutume d’appeler la « grande histoire ».

Mahamat-Salem Haroun a imaginé un scénario d’une grande subtilité. Adam, ancien champion de natation, a trouvé un travail dans un hôtel de luxe où il s’occupe de la piscine. Il commence à s’interroger sur son âge, 55 ans, et sa capacité à rester l’athlète que tout le monde appelle « Champ ». C’est son fils, Abdel (Diouc Koma) qui donne auprès de lui les cours de natation, et qui est désormais capable de rester  plus longtemps que lui sous l’eau. Sans s’en rendre compte, Abdel le renvoie, au quotidien, à sa situation de vieillissement.

La nouvelle propriétaire, une chinoise, est décidée à améliorer la rentabilité de l’hôtel et, en congédiant le gardien un peu assoupi de la barrière d’entrée, le remplace par Adam, désormais écarté  de l’animation de la piscine. Cette situation, qui fait du fils le concurrent du père, se croise avec la pression exercée sur Adam pour contribuer financièrement à l’effort de guerre, qu’il refuse. Ainsi, de manière indirecte, provoque-t-il le départ de son fils à la guerre et retrouve-t-il le poste qu’il occupait à la piscine.

Le conflit interne à la cellule familiale s’entrecroise avec une guerre qui oppose en permanence le  gouvernement aux rebelles, et provoque morts et exodes des habitants de N’Djaména. Dans un parcours solitaire, méditatif et finalement tragique vers Abéché, Adam retrouve son fils, blessé, qu’il tente de ramener à la maison. Le fleuve sera le théâtre de leur dernière rencontre.

Ce destin individuel, c’est également ce qu’a recherché Tavernier dans La Princesse de Montpensier, mais avec des personnages tous réels et entrés dans l’histoire, à commencer par la jeune Marie de Mézières (Mélanie Thierry), à laquelle Madame de Lafayette consacra un siècle plus tard une nouvelle.

Marie a été mariée contre son gré au prince de Montpensier (Grégoire Leprince-Ringuet), alors qu’elle est amoureuse du  duc de Guise (Gaspard Ulliel), et que le duc d’Anjou, futur Henri III,n’est pas insensible à son charme.

Le personnage le plus intéressant est sans conteste le comte de Chabannes (Wilson, déjà cité) : par son statut – précepteur – il est celui qui a éduqué Marie aussi bien que Montpensier. S’étant volontairement « retiré » des tueries auxquelles il avait commencé à participer, il a déserté et c’est grâce à la protection de son ancien élève, Montpensier, qu’il peut trouver refuge et échapper à la vindicte de Guise.

Témoin de la liaison clandestine qui unit Marie et Guise, des absences de Montpensier et de ses crises de jalousie, Chabannes éprouve une passion amoureuse pour Marie. C’est sans doute dans leurs conversations, puis dans la lettre qu’il lui adresse, que le caractère très littéraire du dialogue (écrit par Jean Cosmos) est le plus pertinent. À l’ardeur du comte s’oppose le plus souvent l’ironie, la distance de Marie, dans un jeu amoureux qui rend très convaincant le mélange des conventions sociales de l’époque et du style moderne des comédiens.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *