Javier Bardem

Hier étaient présentés, dans la sélection officielle que nous chroniquons depuis le début du festival, deux films : Outrage, de Takeshi Kitano, dont Sylvie Pras célèbre l’œuvre depuis deux mois au Centre Pompidou, et Biutiful, d’Alejandro González Iñárritu.

Je ne suis pas sûr que le dernier opus de Kitano apporte quelque chose de nouveau à sa série sur les Yakusas. On en finit par ne plus s’intéresser du tout à ces règlements de compte en cascade qui sont très lassants.

Quant  à Biutiful, si le film peut apparaître par moments un peu complaisant dans sa description sordide des trafics en tous genres qui se trament dans les bas-fonds de Barcelone, c’est par son comédien principal, Javier Bardem (Uxbal), que je voudrais l’aborder.

Oscar du meilleur second rôle pour le magnifique No Country for Old Men des frères Coen…

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=YBqmKSAHc6w[/youtube]

…Bardem est passé de la lumière d’été du Barcelone touristique et culturel de Woody Allen dans Vicky Christina Barcelona…

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=AUMZs_2GVyQ[/youtube]

…à la déchéance et à la mort dans les quartiers misérables de la même ville où règne une police brutale et corrompue et le pire des trafics, celui d’une main d’œuvre d’immigrés clandestins exploités sans pitié.

Le film se commence et se clôt par une très belle scène chuchotée qui évoque l’exil du père d’Uxbal. Or c’est très précisément dans ce registre, très intime, qu’excelle Bardem. Dans les nombreux instants de coprésence avec les autres personnages, que le cadre est toujours obligé de serrer, tant l’espace est restreint, Uxbal ne peut masquer très longtemps à sa fille qu’il est en train de lutter contre la mort.

Un matin, les clandestins asiatiques ne se réveillent pas à 6h30 comme ils sont brutalement obligés de le faire chaque jour pour aller travailler. Uxbal, qui participe à leur exploitation pour (sur)vivre, a acheté des radiateurs bon marché qui ont mal fonctionné et qui les ont finalement asphyxiés.

Malade, mais aussi coupable de cette mort terrible, Uxbal se prépare alors à quitter ses enfants. Dans une scène poignante, mais jouée avec beaucoup de retenue, il annonce à sa fille qu’il va falloir vivre sans lui et demande à la jeune femme noire qui avait accepté de s’occuper d’eux en son absence, de rester au domicile.

Il est courant de dire d’un réalisateur qu’il dirige ses acteurs. Il me semble qu’ici c’est Bardem qui empêche, par la finesse de son jeu, Iñárritu de trop verser dans le mélo ou dans les effets faciles (la scène de la boite de nuit, avec ses musiques et ses lumières, déjà vue dans Babel) et offre au film la vérité qui lui aurait manqué sinon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.