L’ÉTÉ DES FESTIVALS : NICE

L’édition 2019 du Nice Jazz Festival a réservé quelques bonnes surprises au sein d’un programme varié qui permettait toujours à l’amateur de jazz de trouver dans le théâtre de verdure de quoi le satisfaire.

Tout d’abord, un grand moment : le concert – présenté comme son « ultime baiser » – donné par Omara Portuando, accompagné, il faudrait même dire portée, supportée – quand celle-ci, malicieuse, se refusait à terminer un morceau – par Roberto Fonseca (et Yandy Martinez à la contrebasse, Ruly Herrera à la batterie et Coayo aux percussions). Après avoir un peu temporisé pour se chauffer la voix, la diva du Buena Vista Social Club s’est avancée près du public, créant ainsi une incroyable intimité, celle qui a fait de la musique à Cuba, malgré la répression, l’un des lieux majeurs d’une sociabilité partagée. Quand elle chante le magnifique « Lágrimas Negras » : qui pourrait y résister ?

Tandis que Nile Rodgers rassurait le public sur son état de santé (« I’m cancer free! »), et que les trios de Fred Hersch et de Christian Sands installaient un temps superbe de suspension, ou que l’on découvrait la nouvelle scène anglaise, avec Nubya Garcia, Ezra Collective ou KOKOROKO, la plus grande surprise vint de la scène Masséna, avec un José James méconnaissable avec sa coiffure afro, et un hommage à Bill Withers qui, loin de se contenir dans la nostalgie admirative, révélait des talents de showman jusqu’ici peu connus. Avec, en cadeau, évidemment, la reprise de « The Two of Us ».

L’ÉTÉ DES FESTIVALS : JUAN

D’une année à l’autre, dans les Alpes-maritimes, les amateurs de jazz se retrouvent devant la même situation :  les deux festivals « historiques » de Nice et de Juan ont lieu en même temps, ce qui oblige donc à devoir choisir entre les deux au lieu d’en profiter successivement. Grâce à ses deux scènes, Nice a cependant l’avantage de pouvoir garder une programmation 100% jazz sur le Théâtre de verdure, et d’ouvrir à d’autres musiques sur Masséna. À Juan, la scène est unique et même si trois concerts peuvent s’y succéder dans la soirée, la part strictement jazzistique se restreint d’année en année. À l’approche du 60ème anniversaire de Jazz à Juan, une réflexion s’impose pour célébrer l’histoire de ce festival et en revenir à son esprit d’origine.

Ben Harper & the Innocent Criminals, Jazz à Juan, 16 juillet 2019 (Patrizio Gianquintieri)

Cet esprit est par exemple celui qui a animé l’un des invités de cette édition 2019, Ben Harper. Un musicien que j’avais eu la chance de voir à New York au Radio City Music Hall, et dont le jeu de guitare à plat, qu’il alterne avec un jeu plus classique debout, rend bien compte de sa double personnalité : intime, quand il lui arrive d’être seul face au public, presque austère ; en énergie et dans des styles variés quand il est avec son groupe, en particulier son percussionniste Leon Mobley, alternant la sonorité Reggae avec des ambiances plus Soul  ou Rock, en passant par le Folk et le Blues.

Ben Harper, Jazz à Juan, 16 juillet 2019 (Patrizio Gianquintieri)

L’une des singularité de Ben Harper provient de son engagement pour la défense des droits  et le respect de la dignité des Africains-Américains, bien avant le mouvement Black Lives Matter.  Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler les paroles de sa composition, Call it What It Is :

« They shot him in the back
now it’s a crime to be black
so don’t act surprised
when it gets vandalized

there’s good cops
bad cops
white cops
black cops

Trayvon Martin
Ezell Ford
Michael Brown
and so many more

government, policing, hard times,
oppression, racism, fear, suffering
ain’t easy

gun control
mind control
self-control
we’ve dug ourselves a hole

call it what it is
murder »

Une histoire qui faisait se rapprocher sur l’une des photos emblématiques de ces vies fauchées au moment du passage à l’âge d’homme Emmett Till et Trayvon Martin