À Nice, tout pour Cecile McLorin et Asaf Avidan

En deuil en 2016, empêché en 2020, le Nice Jazz Festival est enfin revenu avec éclat, dans une ambiance marquée par la sortie progressive d’une situation sanitaire qui a frustré les mélomanes de par le monde, quand elle n’a pas atteint directement certains musiciens qui n’ont pas survécu.

Ainsi c’est un plaisir quelque peu bousculé par la fragilité de la période, forcément moins extraverti que par le passé, qui a traversé le festival, installé sur une seule scène, assise, avec une jauge fortement réduite.

De ces sets qui se sont succédé, deux moments se distinguent par leur intimité, leur épure et leur intensité.

Le premier est celui du duo formé par Cecile McLorin Salvant et Sullivan Fortner.  D’album en album, Cecile McLorin s’est non seulement installée sur la plus haute marche d’un jazz moderne. Sa curiosité est insatiable et chacun de ses choix de puiser dans le répertoire aboutit toujours à une magnifique réappropriation.

Quand, en outre, elle entretient avec l’incroyable pianiste Sullivan Fortner une complicité parfois espiègle mais toujours inspirée, le plaisir est alors grand à les écouter.

Quand, à la toute fin du concert, elle interprète le morceau qui donne son titre à son nouvel opus, Ghost songs, se confirme également le talent de la compositrice, ici dans une nuance un peu mélancolique.

Asaf Avidan, Nice, 16 juillet 2021 (Patrizio Gianquintieri)

Alors que Cécile installe immédiatement son univers et sa personnalité, il faut un peu plus de temps pour qu’Asaf Avidan prenne possession de la scène. À la quarantaine passée, le musicien, qui ne joue plus avec son groupe les Mojos depuis le début des années 2010, a construit un univers musical singulier, fort de sa voix si particulière et de sa très grande sensibilité. Dans ses compositions, il évoque ses “tunnels qui sont longs et sombres, un “labyrinthe”, l'”Odyssée de la terre”, le “rocher de Lazare”.