Dépressions française et chinoise

Après Gérard Depardieu qui, dans Mammuth, se fait rembarrer plusieurs fois et traiter plus bas que terre, voici Mathieu Amalric, comédien de son propre film, Tournée, parti sur les routes de France avec un groupe américain de strip-teaseuses en représentation dans des salles qui, il faut le reconnaître, ne sont pas les plus excitantes qu’on puisse imaginer. Comme le dit à un moment Amalric-Joachim, le manager de la tournée, « Si Le Havre vous aime, la France va vous adorer ». L’étape parisienne est cependant hors de vue, et le restera pendant tout le film.

Dans le « réel », la troupe de cabaret New Burlesque était passée à Nantes en 2007, avant d’y revenir pour le tournage du film.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=NvoE-R8u3Dk[/youtube]

Joachim sollicite un garçon d’hôtel pour savoir s’il peut couper la musique d’ambiance ; il tente d’intervenir sur la manière dont les filles ont réglé leur show ; il essaie, chaque soir, de faire aller se coucher pas trop tard la troupe… À chaque fois, on ne peut pas dire qu’il réussit dans ses entreprises. Il n’est pas davantage bienvenu auprès de ses enfants, devant prouver piteusement à un commissaire de police qu’il est bien le père de l’aîné. Après une altercation avec une de ses connaissances, il se retrouve projeté à terre devant un café, et reçoit une belle gifle d’une des filles qu’il vient de maltraiter (verbalement). Bref, notre Joachim, affublé d’un costume en velours marron et d’une moustache (qu’on essaie de lui arracher un soir pour savoir si ce n’est pas un postiche) n’est pas dans la meilleure forme. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le réalisateur ne traite pas le comédien qu’il est avec beaucoup d’égard.

La narration est à l’image du personnage et de la tournée : suspendue à l’instant présent, à des petits moments comiques, des décalages, des contre-temps. Il y a une volonté de légèreté, de suspension du temps, de dérision qui contraste avec le sérieux du professionnel qu’est Amalric, attentif aux moindres détails, comme j’ai pu personnellement m’en rendre compte quand, ayant accepté (gracieusement) de lire des textes d’Ivan Moffat pour l’exposition « Filmer les camps », il nous a pris à défaut à deux reprises sur des imprécisions de leur traduction française.

La déambulation des personnages de Tournée trouve son vrai rythme quand, abandonnant les scènes de représentation du spectacle, le film prend la forme d’un road-movie et permet de modifier les relations de travail en installant la troupe dans un hôtel désaffecté. Un peu hésitante au début, la réaction des spectateurs est devenue plus enthousiaste quand Amalric et ses comédiens ont manifesté leur émotion après la projection. Une joie partagée.

L’image comme trace

Le film de Wang Xiaoshuai, Chongqing Blues part d’une belle idée : un marin, revenu après six mois d’absence, apprend que son fils a commis une prise d’otage dans un magasin et a été tué par la police. Il réussit à accéder aux images tournées par les caméras de surveillance, qu’il visionne plusieurs fois, pour tenter de comprendre ce qui s’est passé. Il fait faire une capture d’image d’un gros plan du visage de son fils et l’agrandit en un tirage qu’il accroche au mur de son appartement. Très pixellisé, le portrait, presque abstrait, lui permet de regarde son fils sans le voir dans une figuration réaliste.

Il interroge le policier qui a tiré, l’amie de son fils, d’autres personnes.

Malheureusement, le film, dont le décor urbain laid et pollué de Chongqing, dans le Sichuan, ne contribue pas à sortir de la dépression, traîne en longueur et en lourdeur.

Cannes 2010, l'histoire au présent

J’avais déjà souligné l’année dernière la prégnance de l’histoire dans les films de la sélection officielle 2009.

Le Ruban blanc de Michael Hanecke, avait obtenu la palme d’or, tandis que le jury du Prix de la meilleure fiction d’histoire du temps présent avait classé en second le film de Quentin Tarantino, Inglourious Basterds.

Cette année, l’annonce de la sélection a provoqué quelques polémiques : en France, un député s’en est pris au film de Rachid Bouchared, Hors la loi, à partir de la seule lecture d’un résumé du scénario, et le ministre italien de la culture a annoncé qu’il boycotterait le festival, après avoir visionné des scènes non montées du film Draquila, où Sabina Guzzanti porte un regard satirique sur la gestion berlusconienne du tremblement de terre de l’Aquila.

Il ne reste qu’à espérer que ces films soient d’abord vus avant de porter un jugement sur eux, en espérant qu’il échapperont aux questions-types posées naguère à Guy Darbois au SVP 11 11 ! (pour les plus jeunes, rappelons que ce dernier était le journaliste en charge de trier les questions des téléspectateurs posées lors du débat suivant le film projeté lors de la fameuse émission « Les Dossiers de l’écran », diffusée sur Antenne 2 de 1967 à 1991. Vincent Guigueno l’évoque dans L’Historien et le film, Gallimard, 2004).

Quoi qu’il en soit, l’inscription de l’histoire dans le temps présent semble une préoccupation partagée par nombre de  cinéastes invités à Cannes. Bertrand Tavernier a choisi d’adapter une nouvelle de Madame de Lafayette, La Princesse de Montpensier, en la faisant incarner par  une nouvelle génération de comédiens (Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel, Grégoire Leprince-Ringuet…). Plus proche de nous, Nikita Mikhalkov ajoute une suite à Soleil trompeur en plongeant son personnage principal dans le Goulag puis dans l’invasion de l’URSS par l’armée allemande. L’histoire de l’Algérie donne matière à deux films : Hors la loi, déjà cité, qui raconte l’histoire de trois frères venus d’Algérie en France qui vont se trouver divisés dans leur soutien à la lutte pour l’indépendance de leur pays, et Des hommes et des dieux, où Xavier Beauvois, plus inattendu dans ce registre, évoque le sort des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine enlevés lors de la guerre civile algérienne et séquestrés pendant deux mois avant d’être retrouvés morts le 21 mai 1996.

Autre réalisateur français, en sélection officielle mais hors compétition, Olivier Assayas présente Carlos, un film bientôt diffusé sur Canal + sous la forme d’une série en trois épisodes : « J’ai été surpris, a-t-il dit lors de la première projection de presse, que personne n’ait raconté cette histoire avant. Carlos est un des grands mythes contemporains. A travers cette personnalité au destin exceptionnel, on parle d’une époque, de la problématique des années 70, de la question du passage du gauchisme à la lutte armée… ».

Il faudra compter aussi avec Schastye Moe, de l’Ukrainien Sergei Loznista et Un homme qui crie, du Tchadien M-S. Haroun, qui met en scène un drame intime sur fond de guerre civile permanente dans son pays.

Côté États-Unis, la gestion américaine de la guerre en Irak et le rôle des Traders à Wall Street sont au coeur des films de Mike Leigh et d’Oliver Stone. Leigh revient sur l’histoire du couple Wilson-Plame (la révélation par l’administration Bush de l’appartenance à la CIA de Valerie Plame, pour contrer les révélations de son mari, Joseph Wilson, sur les faux fabriqués pour faire croire à la préparation de l’arme nucléaire par Saddam Hussein). Quant à Stone, il reprend le personnage qu’incarnait Michael Douglas dans Wall Street et lui fait renconter, à sa sortie de prison, un jeune trader interprété par Shia LaBeouf (Wall Street 2).

Mais tout commencera jeudi avec la projection du film très attendu de Mathieu Amalric, qui nous enmènera sur les routes de France, pour une Tournée un peu spéciale, celle d’un groupe de strip-teaseuses.

ISSN 2496-9389

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search